Le pourquoi du comment

Un grand merci pour vos petits mots et encouragements, ils me donnent des ailes !!!

A la suite de mon précédent article, Zoé m’a posé une question et j’ai également reçu plusieurs messages que je pourrais résumer ainsi :

« où/comment trouves-tu tes idées ? »

Eh bien en l’occurrence, il y a d’abord eu un défi entre amies, autour d’un thème tiré au sort. Vous savez : on ferme les yeux, on ouvre le dictionnaire au hasard, on arrête le doigt sur un mot et… tadam…

« Marécage » !

Euuuuh… oui… euuuuh… bon… euuuh… d’accord.

Ces thèmes tirés au sort sont extrêmement enrichissants, ils bousculent nos habitudes, nous poussent à sortir de nos sentiers battus, encouragent notre imagination… Donc, va pour « marécage ». Au singulier, au pluriel, dans le sens propre comme au figuré, c’est comme on veut (encore heureux) !!!

J’ai d’abord fait quelques recherches sur ce thème ; le Net est grand fournisseur de définitions, symboles, photos, vidéos, etc…. J’ai, entre autres, regardé des dizaines de photos, en plus de celles que j’avais prises en Camargue, et j’ai sélectionné ces deux-là :

epxetnynqirwo6tgofbl6brlig

leg6l3zhyj-jdhorf9i0ufo4la4500x338

La première photo m’a rappelé un tissu « troncs d’arbres bleus » que j’avais depuis longtemps dans mon armoire à tissus ; chouette, je vais enfin pouvoir m’en servir ! Et la seconde m’a donné l’idée d’utiliser de la soie pour essayer de rendre les reflets, le côté irisé, métallisé, des eaux croupissantes.

Ma principale idée, les visages tristes dans les fleurs, je l’avais depuis longtemps dans la tête. Depuis que j’étais allée voir l’exposition « Odilon Redon, prince du rêve », à Paris en 2011. J’avais été subjuguée par ce dessin, intitulé justement « La fleur du marécage ». Il s’est donc immédiatement imposé.

agyzybr5_ewrc5wu6fv7o6dbplq371x500

Voilà, vous savez tout de mon cheminement, après il n’y avait plus qu’à fouiller dans les boîtes de fils et rubans et encore un peu dans l’armoire aux tissus, puis imaginer la composition, laisser reposer, modifier la composition, laisser reposer, broder, laisser reposer, ajouter des broderies, laisser reposer…assembler le tout, laisser reposer, changer tel ou tel détail… bon là on arrête, matelasser… et c’est fini !

ttexiabv-epui_iseu7gy1en-7w600x450

ydsvw3xogo5o4ywyyzrvddi3nre600x450

1 réponse

  1. FilFollet

    1 fannymaje Lundi 6 Juin
    merci pour ce petit moment d’intimité…. bisous

    2 nanou13 Lundi 6 Juin
    apres ces très intéressantes explications nous on veut voir ton travail maintenant

    bisou

    Répondre

    FilFollet
    Merci Nanou ! Il suffit d’aller voir mon précédent article « Les fleurs du marécages » !

    3 Coeur Amande Lundi 6 Juin
    Merci pour ce très joli partage…. Nathalie

    4 Brin de fil Lundi 6 Juin
    Dis comme ça ,tout paraît si simple ….Je vais donc te croire wink2

    5 coeur de freesia Lundi 6 Juin
    Très beau cheminement. Oui l’inspiration ça vient au fil des jours, on pioche ici ou là… Et ce que tu en as fait est très personnel. J’adore !

    6 poussine Lundi 6 Juin
    ainsi tu fais passer par tes doigts tout ton ressenti émotionnel,

    cela devient limpide comme eau de source;

    j’aime énormément

    7 ombre29 Mardi 7 Juin
    Merci pour ces éclaircissements très utiles !

    8 apetitpoint Mercredi 8 Juin
    Très important le « laisser reposer » !!!

    Surtout que le dictionnaire joue parfois de drôles de tours ! Et oui, il n’y a pas toujours les mots qu’il faut…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s