Ma vie dans les chiffons, page 4

 

Le thème de la quatrième page de notre carnet textile, est  « Traditions et Symboles » et les consignes sont : de l’or et au moins une autre couleur métalisée et bien sûr, des symboles…

J’ai choisi de représenter la tradition provençale du « blé de la Sainte Barbe ». 

Malheureusement, je n’ai pas eu le temps de terminer ma page pour aujourd’hui 4 décembre jour de la Ste Barbe. Je vais donc vous la jouer longue (je sais que vous aimez…  ) et vous conter la légende par le menu.

EPISODE 1 : LA LEGENDE

La tradition du blé de la Sainte Barbe remonte à l’époque de l’antiquité grecque et romaine et représente les prémices de la moisson sous forme de blé en herbe. La légende dit que si la germination se fait bien et que le blé est bien vert, la santé et la prospérité de la famille sont assurées pendant toute l’année. De nos jours, on perpétue cette tradition.

 9066060ble-sainte-barbe-jpg-copie

 

Le 4 décembre donc, pour la fête de Sainte Barbe, on sème des grains de blé et de lentilles dans trois coupelles les sietoun (petites assiettes) garnies de coton. Ces trois coupelles représentent la Sainte Trinité et servent par la suite à la décoration de la table de la veillée calendale.

Le 24 décembre au soir, la maîtresse de maison coupe les pointes montées que les enfants déposent dans l’étable pour accueillir l’enfant Jésus à minuit. Le 25 décembre, les coupelles de blé ornent toujours la table. On les entoure de rubans rouges et jaunes. Ce n’est qu’à partir du 26 décembre que les coupelles de blé sont déposées dans la crèche sans les rubans pour représenter les champs. Puis, après l’Epiphanie, ces blés sont plantés directement dans la terre de la campagne provençale.

Qui était Sainte Barbe ?

Ste-Barbe-3.jpeg

Barbara ou Sainte Barbe aurait vécu au milieu du 3ème siècle à Nicomédie en Asie Mineure, aujourd’hui Izmir, un port de Turquie, sur la mer de Marmara.

Son père, un riche païen, un Satrape (gouverneur de province) du nom de Dioscore, voulut protéger sa virginité (ou la protéger du christianisme). Il l’enferma dans une tour à deux fenêtres, mais un prêtre déguisé en médecin s’introduisit dans la tour et la baptisa.

Au retour d’un voyage, sa fille lui apprit qu’elle avait percé une troisième fenêtre dans le mur de la tour pour représenter la Sainte Trinité et qu’elle était devenue chrétienne.

Furieux, le père mit le feu à la tour.

 

wyvtkyqto-ghfkssit8_t78s42m300x200

Elle réussit à s’enfuir, mais un berger découvrit sa cachette et avertit son père. Ce dernier la traîna devant le gouverneur romain de la province, qui la condamna à la torture pour qu’elle renonce à sa foi. Elle fut amenée dans le cirque de Nicomédie sans que les spectateurs, parmi lesquels se trouvaient des chrétiens, ne connaissent son nom.
Comme la fille refusait de renier sa foi, le gouverneur ordonna au père de trancher lui-même la tête de sa fille.
Dioscore la décapita et fut aussitôt châtié par le Ciel : il mourut frappé par la foudre.
Quand les chrétiens vinrent demander son corps, ils ne purent la nommer que « une jeune femme barbare », d’où son nom.

561-3128638572_1_4_jyjmyjbv

Les catholiques prient la sainte Barbe pour se protéger de la foudre, des incendies et de la mort subite.

Elle est généralement représentée avec un ou plusieurs des attributs suivants : une tour à trois fenêtres sur sa main ou derrière elle, un éclair (celui qui a frappé son père), un livre, une couronne de martyre, l’épée qui a servi à lui trancher la tête, un ciboire (vase sacré) et des hosties.

Elle est la patronne des sapeurs, des pompiers, des architectes, des géologues, des mineurs, des artilleurs, métallurgistes et autres corporations liées au feu.
Son nom a été retiré du calendrier romain en 1969 et remplacé par celui de Barbara (c’est vrai que c’est mieux !!!).

Pour finir voici quelques dictions :

e5fnpmu0oes3uxlkjpv-qpl6aom190x265« A la Sainte Barbe, soleil peu arde » (chaud).

« Pour la Sainte Barbe, l’âne se fait la barbe » (son poil d’hiver).

« Madame de Sainte-Barbe, De mauvais tonnerre, Dieu nous garde. »

« Lorsque le tonnerre tombera, Sainte Barbe te gardera. »

« Quand lou blad vèn bèn, tout vèn bèn ! » (Quand le blé vient bien, tout vient bien !)

Alors là, je vous entends soupirer : « elle nous barbe avec ses histoires de sainte »…

Bon d’accord, mais maintenant vous savez tout ! Et moi, je retourne à mes aiguilles et je vous montre dès que possible ma quatrième page et mon blé germé (enfin j’espère…) !

Mes sources : http://www.csp-cavaillon.com/divers_barbe.php

http://www.transenprovence.org/article-25278704.html

1 réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s