Un canal pas banal

A deux pas de l’oppidum d’Enserune qui surplombe une merveilleuse plaine cultivée en arcs de cercle depuis la nuit des temps,

buhv-ttr2e88nerr1ggey_o4i3q

en amont du tunnel du Malpas

suc_ng1ndclrs18nbtlrocjtjlu

et en contrebas de Béziers que domine sa cathédrale,

cjookwlfzxs3bximulld3jnyu0i

il ne faut pas manquer, si l’occasion s’en présente, d’aller voir à la belle saison les péniches descendre ou remonter les écluses de Fonseranes.

yo1s2be_9g_lxdlfqvzuqrrjmg4

 

Le spectacle est plaisant de ces mariniers amateurs – certains très néophytes – s’activant à la manoeuvre sous le regard admiratif des badauds qui suivent, écluse après écluse, le passage des péniches.

ionxwmhi2x8-f-brtxraqdgliia

Souvent ce sont les dames qui descendent amarrer le bateau tandis que Monsieur reste à la barre…

xuozk-bbi_ihjl3v_nl3bkjyowo

Mais au-delà du spectacle bon enfant il y a l’émotion que l’on ressent devant un témoignage du génie humain.

Nous sommes là devant l’ouvrage le plus spectaculaire du Canal du Midi ; un immense escalier composé de 9 écluses dont sept sont encore en service, qui permet encore aujourd’hui aux touristes mariniers de franchir en moins d’une heure un dénivelé de 21,5 mètres.

2_3x3sh98hiojj7otbuowvab77i

(Photo prise en hiver lors de l’entretien des écluses)

Cet enchainement d’écluses, qui n’a pas d’équivalent au monde, fonctionne depuis le 24 mai 1681.  On le doit au génie du biterrois Pierre-Paul Riquet (1600-1680). Car il ne suffisait pas d’avoir l’idée de ce canal de 240 km de long reliant Toulouse à Sète,  l’Atlantique à la Méditerranée (on en rêvait depuis Strabon) ; il fallait aussi trouver la solution pour son alimentation en eau, en déterminer le tracé, concevoir les ouvrages qui le jalonnent et, en particulier, l’Octuple comme l’on nommait jadis les écluses de Fonseranes (huit bassins se succédant sur 300 mètres)… et persuader Colbert et donc le Roi, de l’intérêt et de la faisabilité de cet ouvrage réellement pharaonique !

jxpqxadtutm_k4jbyega_0hhho0

Aujourd’hui, les écluses de Fonseranes ne servent plus qu’aux touristes l’été. Il y a longtemps que le trafic commercial a cessé et la «pente d’eau» dont on peut apercevoir le bac bleu derrière les arbres : cette énorme baignoire à roulette qui devait remplacer les écluses et accélérer la descente ou la montée des péniches, n’a jamais servi.

ijx2xtwpq9tobxnlhjudrds8bek

Trop compliquée, trop couteuse et finalement inutile elle a été abandonnée avant même d’être finie… alors même que l’on utilise encore l’ouvrage construit sous Louis XIV !

34unuynhxf5e0odbb381n0h82ps

1 réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s