Promenade musicale

Et sitôt franchie la porte du cloître Saint-Trophime c’était comme un voyage au Moyen-Age…

Le cloître de l’église Saint-Trophime à Arles est un lieu assez magique qui respire la quiétude. Construit entre le XII° et le XIV° siècle il comprend, autour de sa cour que surplombe le clocher de l’église, deux galeries romanes et deux galeries gothiques dont les colonnes sont surmontées de très beaux chapiteaux malheureusement souvent très abîmés.


C’est dans le cadre d’un spectacle programmé par le service Patrimoine de la ville, à l’occasion du 30ème anniversaire de l’inscription d’Arles au patrimoine mondial de l’UNESCO, que nous nous sommes laissés entrainer dans un parcours chanté et conté par Emmanuelle Bunel très finement accompagnée à la guitare par Jean-Luc Granier.

Du balcon de la chapelle aux allées du cloître en passant par les belles salles voutées des tapisseries (où les moines entreposaient naguère les produits de leurs terres) nous avons suivi, envoutés et bercés, la belle voix d’Emmanuelle Bunel qui nous a ouvert les portes de ces temps anciens où les jeunes filles se transformaient en biches pour courir les bois et où la Tarasque surgissait du Rhône pour engloutir les enfants et les jeunes vierges…

Vous pouvez écouter et voir ICI.

y-d-febdxodzprpwavfas7k1bem

Les chansons de toile (que chantaient les femmes pendant leurs travaux d’aiguilles), les chants de la cour du roi René, les chants séfarades, les récits et fables que nous avons entendus, ne nous ont pas seulement charmés ; ils ont enrichi notre façon de voir ce lieu et d’en percevoir la magie.

Je gage que les nombreuses personnes qui étaient présentes ce jour là ne regarderons plus jamais de la même façon les chapiteaux qui ornent les colonnes du cloître et qu’elles ne pourront plus voir Sainte Marthe apaisant la Tarasque, sans entendre résonner sous les voutes la voix d’Emmanuelle Bunel disant la douleur de l’exil et les promesses du présent.

Une merveilleuse façon de découvrir ce cloître avec, résonnant dans sa tête, les chants et les contes qui hantaient l’esprit de ceux qui l’ont construit. Un moment délicieux et délicat que vous pouvez partager tous les lundis matin jusqu’à la fin du mois d’août.

Pour nous, un souvenir précieux.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s