Sur la route de la création textile

De La Tour d’Aigues à Peypin d’Aigues en passant par Cabrières et La Motte… d’Aigues, la création textile avait, durant ce long week-end, investi les routes du Luberon. Ceci à l’occasion des 2ème rencontres internationales de Patchwork et d’Art Textile, organisées par la très active Association Histoires de Boites à Couture, menée par Nathalie Locquen. Manifestation astucieusement nommée « Aigu’illes en Luberon » dont je vous avais parlé  là.

Ce ne sont pas moins de 13 villages, rarement séparés de plus de 5 km, qui ont accueilli les participants, proposant ainsi aux amatrices et amateurs un vagabondage textile au cœur d’une région magnifique.

qzxmap5hpwbrhesny_bakhey4xo

Hélas, les avanies du temps ont quelque peu gâché la fête, la pluie ruinant les efforts de signalisation déployés par les organisateurs et transformant parfois ce qui s’annonçait comme un agréable jeu de piste bucolique en course (mouillée) d’orientation…

xa3akja6dvquohgh8ru-x4_88gw

Vous pouvez me croire, le Luberon par gros temps, c’est bien moins souriant que le Luberon par beau temps !

Il est à craindre que beaucoup se soient découragés et que la fréquentation en ait pâti..  Si tel est le cas, c’est bien dommage, car l’idée d’éparpiller ainsi les expositions au quatre coins d’une région magnifique n’est pas seulement originale. Le cheminement d’un village à l’autre, d’une exposition à l’autre, offre une respiration qui permet d’éviter la lassitude qu’une telle abondance d’exposants susciterait si tous les artistes étaient rassemblés en un même lieu. Le contact avec les créateurs en est facilité et les échanges approfondis. Sans parler de la connivence qui s’installe entre les visiteurs  qui se retrouvent ou se perdent au gré de leurs pérégrinations !

Ça peut paraître idiot, mais aller dans un village, partir à la recherche d’un lieu abritant l’exposition d’une ou d’un artiste, n’a rien à voir avec le fait de passer d’un stand à l’autre dans un vaste hall ; on voit mieux les œuvres, on prend plus son temps, bref, c’est différent.

Mais cette année, il fallait être bien équipé et fortement motivé pour arpenter cette route pourtant jalonnée de merveilles.

Il y en avait pour tous les goûts et si je n’ai pas tout aimé, j’ai, chaque fois, été impressionnée par la qualité du travail présenté.

Alors, juste pour donner des regrets à celles et ceux qui n’ont pas pu venir, voici une liste non exhaustive, une sélection subjective, un extrait de ce qui m’a le plus plu !

A la Bastide Jourdans, la Guilde Turque de Patchwork présentait des créations pleines de fraîcheur :

et proposait quelques objets à vendre.

Bien sûr, j’ai craqué pour des oyas…

tma-8-e8qzmtj7hyp1c7h-kg1li

J’ai adoré les créations en feutre et soie si aériennes, douces et féériques de Dominique Le Jean, très sympathique, passionnée par son travail, elle prend le temps d’expliquer son parcours, ses découvertes…

mcgvhvkpcz_rrcxh9f7v-duwgi4

A Mirabeau,  Liz Maidment présentait ses créations utilisant de nombreuses techniques : broderie main et machine, peinture, collage de petits morceaux de tissu…

hxs1wbctq9v4wfxrpbct7skraxu

po6iggwsnd4pibpqkiiapn-kday

Bien sûr, j’ai craqué pour son dernier livre : « Les paysages rebrodés »

une mine d’idées et des explications très claires…

yhfrlc_ckbdx2_bu7ktywleiu34

J’ai également apprécié l’amusante exposition de l’artiste plasticienne Edith Raymond : « la vache qui rit sous toutes ses coutures ».

znozmw9f2iiofdwsi13tpzh-ek8

 

Les œuvres proposées pour le concours « les fils du vent » étaient exposées au Puy des Arts ; j’ai pu admirer, entre autres, tous les détails du splendide  panneau de Gipsy Quilt (en haut à droite). Je n’ai pas pu rester jusqu’au dépouillement des votes et donc pour l’instant je ne sais pas qui a gagné…

b2fpgbxlkqopeuvgd4mv6jpqgu

A la Motte d’Aigues étaient présentées les oeuvres du concours franco-japonais « La Nature »  

u-r2iamsxcnnzae-msuws3elw_e

qc71vkpfi80k-gmfohk0vzcbs-s

A Saint-Martin de la Brasque on pouvait admirer les merveilles d’Ina Georgeta Statescu. Jouant sur les effets de lumière, les matières précieuses, elles nous transporte dans son monde rempli de fleurs, d’insectes, d’oiseaux… C’est somptueux !

_vvxix1g1fg0hw09zxzgwp8ar90

Bien sûr, j’ai craqué pour son dernier livre : « La cinquième saison ».

Un livre pour rêver et méditer…

zd7urjyoubgtifi7e2buerleyhg

 

Toujours à St-Martin de la Brasque,  « Histoires de boites à couture »  exposait des Circle Design CD   

t1t9plazmzx3jscmnpjuxeevuig

et des ouvrages de techniques très variées

j1xh5uf6rbzovzvsxni76ln4cic

  Hubert Valeri, designer sur boutis contemporain, expliquait son travail tout en transparence.

xgftzjtpvzvnxtbdtsx07wqhmlw

A Villelaure, Hervé Hornoy a su, avec fougue, nous faire partager son enthousiasme pour les textiles anciens

Aigu-illes-en-Luberon-124-Herve-Hornoy.jpg

cix1hib77cexknjns2lcqawwc1g

Gisèle Acker nous a accueilli dans l’ancien et très beau Moulin à Huile de Cabrières d’Aigues

krdp8wbbr5yczma3souvygus6ds

tgqzqwccov6qaef0gqhfa40i8bo

Les Six’Elles, bien cachées (!!!),  étaient à La Bastidonne. Au départ, elles participaient à un cours de patch et elles n’ont pas voulu se perdre de vue. Depuis, elle travaillent sur des projets communs,  se remettant sans cesse en question, elles abordent des matières et des techniques toujours renouvelées et ceci depuis… 17 ans !

fjt5m7q9g6d7nxomgxlqo5kgtv8

Et, pour la première fois dans ce genre de manifestation, souriante et pas stressée du tout (malgré ses craintes) Dame Valiste ! Bien sûr, j’ai craqué sur « Secrets de sacs » son premier livre, tout nouveau, tout beau (mais ça c’était prévu)…

_m5t6ceg2ghyalnrxovknbxzkwy

Du pur Dame Valiste : 30 modèles de sacs avec des explications très détaillées, de belles photos… de quoi trouver son style et se fabriquer des sacs pour toutes les occasions.

Et je m’arrête là, faute de pouvoir partager avec vous les 234 photos que j’ai rapportées !

Le dernier jour fut un peu plus clément, mais  à Saint Martin de Brasque, les organisateurs prudents, avaient remisé au hangar les puces des couturières. J’y suis arrivée en fin de matinée, à temps pour le marché paysan mais trop tard pour faire de bonnes affaires ; les stands avaient été dévalisés. (Bon, j’ai quand même trouvé quelques petits bouts de tissu… ça peut toujours servir !)

En résumé, pour Aigu’illes en Luberon il a plu et il a replu ; il a même plus plu que raisonnable, mais ça m’a beaucoup plu.

Plût au ciel qu’il pleuve moins la prochaine fois !

 

2 réponses

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s