Jour de liesse à Arles

Tous les trois ans, le premier mai à Arles ne ressemble à aucune autre cité.

C’est que ce jour-là, place de la Mairie, deux manifestations se croisent sans trop se regarder !

En un ballet savamment réglé par la municipalité, l’habituel cortège des syndicats, musique en tête et drapeaux aux vents, traverse la place sans un regard pour la foule impatiente qui y piétine en tenue traditionnelle tandis que frémissent les oriflammes aux couleurs d’Arles.

rn6q2psuaia4qjv4ybgttkj_k4s

Une foule qui piétine pour quoi ? Mais  pour savoir qui sera la Reine d’Arles et surtout la voir, pardi !

ndjvqkhdvqe7vvueks9agne93fu

Car tous les trois ans, depuis le centenaire de la naissance de Mistral, Arles se choisit une Reine pour la représenter et charge son Maire de l’annoncer haut et fort du haut du balcon de l’Hôtel de Ville, en provençal bien sûr : Pople d’Arle, veici ta rèino ! 

ymabhy0z_okyc2vwzlsqvglvnvc

Mais n’allez pas imaginer quelque chose qui ressemblerait à l’élection d’une « miss ».

Si la Reine d’Arles doit être jeune et belle elle doit aussi, et surtout, incarner les traditions arlésiennes, représenter honorablement sa ville et en porter magnifiquement le vêtement.

Pas d’élection donc, mais un véritable concours au cours duquel des candidates triées sur le volet sont mises à l’épreuve et interrogées sur leur connaissance et leur pratique des us et coutumes arlésiens.

w9ydsepqfq4jjpcto-gmh4eqz_w

Parmi les conditions auxquelles elle doivent satisfaire, les candidates, âgées de 18 ans au moins et de 24 ans au plus,  doivent avoir les cheveux suffisamment longs pour porter les coiffes arlésiennes, connaître l’histoire et le patrimoine arlésien, la littérature provençale, les us et coutumes d’Arles et de la Provence, maîtriser la pratique de la coiffure et de l’habillement arlésiens, être en mesure de tenir une conversation en provençal et… être capable de monter en croupe derrière un cavalier pour participer à une manifestation !

ngb4zcq08fki-tkpzfjodahsz-i

Vous aurez compris que cela se prépare longtemps à l’avance !

Le concours se termine le 1er mai par un grand oral au cours duquel chaque candidate est interrogée par le jury qui a la lourde charge de désigner celle dont le nom sera proclamé, un peu après midi, devant le peuple d’Arles rassemblé sur la place, les uns à pieds, les autres à cheval, et beaucoup en tenue traditionnelle.

  gstbiawtsloryweowfzxx7phkbs

rho3rpvd0mwb8lferyc9yq0exgk

ghpuwegjdcjd9t9ewsfz30a9q9m

Ce ne sont pas moins de 170 chevaux montés par des gardians avec, en croupe, leur cavalière, qui, après avoir assisté à la messe en leur honneur à l’église de La Major descendent attendre sous le soleil la proclamation de leur Reine, tandis que le cortège du 1er mai tourne à travers la ville ancienne pour se diriger finalement vers les Alyscamps.

Là, dressées un peu avant les tombes antiques, à l’ombre des platanes centenaires, des tables attendent les arlésiens qui viennent, -certains après avoir assisté au choix de la Reine et bientôt rejoints par le Maire-, célébrer en musique la Fête du Travail

Vraiment, l’ambiance est extraordinaire à Arles le premier mai lorsque, tandis que défilent les syndicats, les touristes -un peu comme à Venise un jour de Carnaval- se mélangent aux chevaux camargues blancs et sereins et aux arlésiens et arlésiennes rivalisant d’élégance dans leurs tenues traditionnelles…

7kxqjd6jkhbguomp-7x6u6qppoa

 

Et voici enfin la Reine d’Arles 2011 (au centre) entourée de ses demoiselles d’honneur.

(Photo site officiel de la Ville d’Arles)

 

2 réponses

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s