Par les chemins de Compostelle : le retour

drfaztscsngwxo2vov9qirebqzi

En remontant le rio Miño vers Ourense, la route passe non loin de Ribadavia, capitale du Ribeiro, cette région où l’on fait l’un des vins blancs les plus célèbres de La Galice… Cette ville garde, de sa grandeur passée, un beau centre médiéval et une belle église gothique du 13° s. : Santo Domingo.

a9odwnac67fhiywnhc74my3zb80

Ourense est célèbre pour ses sources thermales, les trois sources As Burgas où l’eau jaillit à 65°

4ksvpamejaeeq1c_vfjc0kuazuo

lf49tssplzopg_30chv2b7qsrd4

et le portail du Paradis à l’intérieur de la cathédrale (extrémité ouest) qui reprend le schéma du portail de La Gloire à Compostelle dans une polychromie primitive.

dyf_-m52p3pqo6i9jpi69xx21u0

xsma4bm6xq0uix03wlfh0ypm1l8

Le quartier ancien, autour de la cathédrale, est agréable, notamment la praza Maior. Dommage que le cloître Saint François soit toujours en rénovation.

dp9aoumvjanjhx18aow7iwnxcma

gdqd3ewsvi7d8oitmehmjd3mxog

En arrivant à Ourense on retrouve les chemins de Compostelle puisque c’est une ville étape sur le chemin de la Plata qui part de Séville. L’auberge est juste à côté du cloître et était très fréquentée lorsque nous y sommes passés.

Nous sommes à quelques kilomètres des Gorges du Sil véritable canyon d’environ 500 mètres de profondeur ou fond duquel coulent les eaux bleues du Sil.

 (Clic !)

Les bords du canyon, légèrement évasés, sont aménagés en étroites terrasses sur lesquelles les viticulteurs du coin cultivent à la main, sans l’aide d’aucune machine car c’est inaccessible autrement qu’à pied, un vin réputé. 

iekatpbcjl8duwl786i4f5itmok

Et, tout autour, des monastères et des églises qui expliquent le nom qu’on donne à cette région : la  Ribeira Sacra, la rive sacrée.

Plus loin en remontant vers Ponferrada, un site incite au détour : Las Medulas.

 (Clic !)

Le paysage ocre et rose aux formes tourmentées mangées par la végétation fait penser aux carrières d’ocre du midi de la France. Mais bien que cela soit difficile à croire, les pitons et les collines que l’on voit sont en fait les déblais de ce qui fut la plus grande mine d’or exploitée par les Romains. 100 000 esclaves y travaillaient et en ont extrait près d’un million de Kg d’or !

itz1rit8tyjx-lxubds04krfb3i

Le Camino Frances n’est plus bien loin que nous retrouverons à Ponferrada la bien nommée, puisqu’on y construisit naguère un pont qui enjambe le Sil pour permettre le passage des pèlerins de Compostelle. Ce pont renforcé de fer, élevé par l’évêque d’Astorga à la fin du 11° s. a été remplacé, mais il reste, au sommet de la capitale du Bierzo, un imposant château des templiers du plus bel effet.

ff7-ub0oqnjx2z0mydclecubrmg

Notre chemin à rebours nous éloigne de La Galice et nous conduit à Léon, capitale de la province qui porte son nom. 

 vsp2z9p_cwrcgztxz_ub13oz1oc

Léon, ville créée par les Romains en l’an 68 et reprise aux Maures en 912 pour devenir la capitale du royaume de Léon et des Asturies. Léon à jamais célèbre pour sa cathédrale gothique « à la française » et le Pantéon Real de San Isidoro.

Encore une « chapelle Sixtine » espagnole, mais de l’art roman cette fois ! Il faut dire que bien que tout petit – il s’agit en fait du porche de l’ancienne église – l’ensemble des chapiteaux et des peintures murales est exceptionnel. Ce serait l’une des premières manifestation de l’art roman en Castille et c’est totalement abouti. Une merveille dont on sort ébloui.

8vosxax-pilgfwnojmqkxgj1k_k

1 réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s