Rias Baixas : de la Ria de Arousa à la Ria de Pontevedro

En remontant vers O Grove, nous avons fait un joli détour  par la désormais presqu’île d’Arousa (un pont a été construit qui la relie maintenant au continent). Nous sommes allés à pied jusqu’au phare qui offre une très belle vue sur la ria et ses moulières. Sur cette île comme un peu partout dans la région, on pêche le coquillage en fouillant le sable au bord de l’eau.

 (Clic !)

Mais nous voici déjà à Cambados, capitale de l’albariño, l’incomparable vin blanc du pays, le meilleur vin blanc d’Espagne selon notre caviste, dont l’avis n’engage que lui… Ici, une histoire court selon laquelle le cépage utilisé serait le même qu’en Alsace, les Alsaciens l’ayant importé d’Espagne retour de Compostelle… Notre caviste, qui est français, pense rigoureusement l’inverse, bien sûr !

À Cambados il faut absolument voir la praza de Fefinans et les batiments qui l’entourent à l’entrée nord de la ville. C’est un magnifique ensemble du 16° siècle avec le palais de Fefinans et l’église San Benito. Il y a bien évidemment, tout autour, un grand nombre de bodegas.

 xx1lin14nmnw6p6itwhzde8zmsc

nm1gxpwkk918wberobzgub92bpe

 n7-cg4q_vctsmmcvel7svjzdli4

 rias-baixas-cambados_4

Plus loin, après avoir longé la plage de la Lanzada, où les femmes en mal d’enfants viennent prendre un bain de neuf vagues la veille de la St-Jean, on aborde la ria de Pontevedra .

 rias-baixas-praia-de-menduina

(Praia de Menduina)

La route offre de très belles échappées sur la ria et surplombe, un peu avant Pontevedra, le village de Combarro que nous avons beaucoup aimé. Il est célèbre pour ses nombreux horréos au bord de la mer. Mais il nous a aussi intéressé parce qu’il a gardé son implantation d’origine. En parcourant ses ruelles étroites, bordées de maisons en granit tournées vers la mer, qui convergent vers une place où les femmes (plus que les hommes) venaient vendre, acheter et troquer les produits de la mer et de la terre, on s’imagine aisément il y a plus d’un siècle. Tout ici traduit la rudesse d’une vie simple mais en harmonie avec la nature environnante, hormis peut-être cette ruelle entre horréos et village engorgée de vendeurs de rien !

 rias-baixas-combarro

rias-baixas-combarro_2

rias-baixas-combarro_3

rias-baixas-combarro_4

Pontevedra est à deux pas de là.

De la praza de Espana, au bout de l’Almeda et après avoir admiré, à droite, les ruines romantiques de Santo Domingo (14°s.) nous avons  rejoint la rua Soportais pour admirer ses colonnades.

 rias-baixas-pontevedra_3


Puis nous sommes allés jusqu’à la praza de Peregrina visiter son sanctuaire baroque en forme de coquille St Jacques (18°s.).

rias-baixas-pontevedra_2

Nous avons au passage, bien sûr, jeté un coup d’œil à la praza da Ferraria, toujours très animée. Nous avons ensuite visité le Museo Provincial – très intéressant – et admiré la charmante praza de Lena avec son calvaire du 16°s. et ses belles maisons.

rias-baixas-pontevedra_4 rias-baixas-combarro_3

Puis nous sommes passés par la praza da Pedreira où s’élève le pazo de Mugartegui (baroque 18°s.) et la praza Mendez Nunez bordés de petits palais baroques.

rias-baixas-pontevedra

Là, nous avons salué  le grand écrivain espagnol Don Ramon Maria del Valle-Inclan (1866-1936), personnage en bronze avec longue barbe pointue, canne et lunettes dont la maison natale est un  peu plus loin à gauche.

Nous sommes ensuite remontés jusqu’à la praza de Teucro et ses belles façades blasonnées avant d’aller visiter la basilique de Santa Maria la Major construite par la confrérie des pécheurs au 16°s.

rias-baixas-pontevedra_7

rias-baixas-pontevedra_6

La façade occidentale de style plateresque, œuvre de Cornelius de Hollande, est admirable, bien qu’assez peu catholique dans ces détails religieux disent les spécialistes. Il faut dire que Cornelius ne l’était pas ! À l’intérieur, le contre portail du 12°siècle, très bien conservé, présente 40 scènes de l’Ancien et du Nouveau Testament que nous n’avons pas toutes reconnues…

Nous garderons un excellent souvenir de cette longue promenade au cœur du centre historique de Pontevedra.

En continuant de longer la ria de Pontevedra, on atteint Hio où, devant une église romane à flanc de colline, se dresse l’un des plus beaux calvaires de Galice. Il est taillé dans une seule pièce de granit et présente un saisissant raccourci de l’Ancien et du Nouveau Testament.

  rias-baixas-hio

rias-baixas-hio-_2

De là, on n’est pas très loin du Cabo de Home qui fait face à l’Atlantique et aux îles Cies, et auquel on accède par un chemin de terre passant par O Faro. Le site est enchanteur ; les plages aussi…

 rias-baixas-cabo-de-homo_4

 

 

1 réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s