Voyage au-dessous de la mer

Nous sommes allés faire un tour en « n’Hollande », comme disait un vieil ami très cher, au pays des vélos et des moulins, des canards et des coffee shops, des canaux et des tulipes, du Gouda et de Van Gogh, des anguilles et de la bière, des harengs frais et des vitrines…

yjjm80bkytt-fxztuulv9xhtdka

 

Par amour des fleurs et des primitifs flamands, nous avons fait quelque chose d’incroyable, de quasi impensable pour les méditerranéens que nous sommes, de très culotté même : nous sommes partis vers le Nord !

 

Première surprise : c’est pas si loin tout ça ; c’est même tout de suite là. Mais c’est plat ; incroyablement plat et bas, si bas et si plat que le ciel semble couché sur les toits, presque au-dessous de la mer. Pour nous qui venons d’une région de montagnes, il faut s’habituer, apprendre à vivre, à respirer à l’horizontal… mais on s’y fait.

Et sitôt acclimaté, on est conquis.

Un conseil cependant aux voyageurs itinérants : finissez par Amsterdam ! Car qui a vu Amsterdam a bien du mal à s’émerveiller d’autre chose. Plus que Bruges, selon nous, elle mérite le titre de Venise du Nord. Elle fait partie de ces rares villes qui ont comme un supplément d’âme ; ce petit quelque chose d’indéfinissable qui fait qu’elle ne se résume pas à ce que l’on peut y découvrir et y admirer. Et les fragrances qui s’échappent des « coffee shops » n’y sont pour rien !

 dhwitbo-6q9jvwcv-qemvqloimc

4jvpkdfxgzkwo0ylnyzl-ssccsk

Mais avant de parler de nos découvertes, quelques mots de la route, ou plutôt d’une partie de la route presque droite qui remonte du Luxembourg vers la Hollande et dont la signalétique poétique nous a laissés rêveurs.

 

Cela forme comme un morceau d’art brut et Brabant que nous ne résistons pas au plaisir de citer.

 

« Douce Gaume,

Méandres et villages, fourrure des bois,

Plongez au cœur du poème vert !

 

Hommes, chevaux, forêts,

La musique du cor au cœur des basiliques,

Un livre, une place pour l’espace…

Une ardeur d’avance !

 

Voyage au ventre de la terre,

Coule, coule la Lesse,

Piste d’envol des libellules.

 

La Meuse frissonne sur un air de sax,

Mélange étrange d’églises et de granges,

Rivières, pierres et mystères,

Cathédrale et citadelle.

 

Entre deux berges la Sambre gamberge,

Au pays où les granges sont des navires,

Les pierres prient :

Cris et chuchotements.

 

La vie de château au bord de l’eau ! »

 

Il n’y a pas de voyage banal !

 

 

1 réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s