L’à faire de mars

  6le8luk6bb7oegd_5ksyxbikodk

 

Ils sont peu nombreux ceux qui, passant par la vallée du Grésivaudan, songent à faire halte à deux pas de Pontcharra pour visiter le château de Pierre du Terrail, seigneur de Bayard, et rares donc, ceux qui, faute de pouvoir admirer son armure – conservée au musée de l’Armée à Paris, ont eu la chance de contempler celle de son ami, le chevalier Dent de Lion dont le Chevalier sans peur et sans reproche aimait à dire : « si cestuy là n’était point mon ami, François 1er jamais n’aurai servi, car il m’eut fait bien auparavant mangé les pissenlits par la racine ! Hahaha !!!!… » (vieille plaisanterie sur le nom du chevalier « Dent de Lion » qu’ils aimaient à partager). Hormis son armure, que l’on peut encore voir au château de Bayard et une représentation du Chevalier en pleine action que nous reproduisons pour vous, nous ne savons presque rien du preux chevalier Dent de Lion sinon ce qu’en dit son cousin, le noble Aubier Dutilleul Dujardin qui le tenait aussi en grande estime.  Duquel Aubier Dutilleul Dujardin nous tenons qu’il fut, jusqu’à ce que cestuy-là eût atteint l’âge de 13 ans, le mentor de Pierre du Terrail.

 

Quand il traversait, au cœur de l’hiver, les contrées froides du Dauphiné, toujours brandissant une lance encapuchonnée des restes pourrissants de ce qu’il avait embroché, les paysans d’ici, c’est ma grand-mère qui me l’a dit, se signaient et murmuraient : « cachez vous les enfants, voici que passe le pourfendeur sans peur, et surtout ne toussez pas car jamais oncque ne survécut qui propageait des miasmes devant lui». Il faut dire que tout pacifique qu’il fut, il était atteint comme par maladie du besoin d’égorger tous les porteurs de miasmes déprimants. Et ils sont légions, en hiver, dans nos contrées embrumées.

 vxgkwsfu1meuu54q2umlqjvfxsm

 

Mais sans doute est-ce à tort qu’on lui en fit reproche car l’histoire nous dit qu’il transmit à Pierre du Terrail, outre le goût des pissenlits, cette mâle assurance qui les fit qualifier l’un et l’autre d’hommes « sans peur ». À tel point que pour ne pas les confondre – et parce que le chevalier de Bayard au contraire de son aîné et grâce aux bons soins de ce dernier ne craignait pas les miasmes de l’hiver et ne se laissait pas aller, du coup, à des gestes inconsidérés – pour ne pas les confondre donc, les gens d’ici prirent l’habitude de distinguer Bayard du Chevalier Dent de Lion  en le disant non seulement sans peur, mais encore sans reproche. Parole d’Aubier ! Croix de bois, croix de fer, si je mens, qu’il aille en enfer !

 

Au château vous trouverez, en haut de l’escalier sur la droite, juste à côté de l’armure du Chevalier Dent de Lion, la recette exclusive et personnelle d’un Elixir de Fier-à-Bras qu’il composa précisément pour que son protégé jamais ne souffrit des miasmes de l’hiver et que je vous livre céans.

 

« Voler le cheval Bayard au Fils d’Aymon et courir sus un sanglier en colère

(attention, il ne suffit pas que le sanglier soit en colère ; il faut aussi le pourchasser avec ledit équidé).

Le tuer, le dépecer, l’entourer de moult ficelles et en une cheminée, sur un feu de bois vif le faire suer.

Ajouter trois poils de la moustache d’un loup de Chartreuse, une plume de l’un des anges de l’Apocalypse et les reliefs d’un osso bucco raté.

Laisser reposer, presser et filtrer jusqu’à obtenir un jus malodorant.

Boire quotidiennement en se bouchant le nez. »

 

 9_q3db2rltibsxjq22cm3pjmvta

Grâce à cet élixir, jamais, au grand jamais vous ne souffrirez des miasmes engorgeurs et déprimants de l’Hiver, ni de la peur si vous survivez !

 

Elle vous a plu mon histoire ??? Je l’ai contée pour répondre à l’à faire du mois de mars de la Mère Castor qui réclamait « la panoplie imaginaire, printanière et pacifique du Chevalier Dent-de-lion ou de son cousin Aubier Dutilleul Dujardin,  pourfendeurs sans peur des miasmes engorgeurs et déprimants de l’hiver.
Puis, afin de compléter l’attirail de ces braves,  une recette exclusive et totalement personnelle d’élixir de Fier-à-Bras ».

 

Voilà maintenant, vous connaissez toute « l’à faire ». 

 

 

1 réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s