Paco Ibanez

 

Émotion devant ce grand bonhomme bougon qui ne semble pas avoir d’âge mais dont on voit bien que sa jeunesse est loin.

Emotion suscitée par une voix qui a perdu sa force mais pas son phrasé et qui nous confie des textes à la poésie magistralement mise en musique par cet ami révolutionnaire, cet ami contestataire, cet ami légendaire : Paco Ibanez.

De l’Espagne, lui qui vécut la plus grande partie de sa jeunesse en France, il a retenu le goût de la diversité et des langues méditerranéennes.

Des républicains espagnols, sol où s’enracine son histoire, il a gardé le refus des dictatures, qu’elles soient politiques ou religieuses, et l’amour de la connaissance.

De la France, il a découvert Brassens et la conviction qu’une chanson c’est fait pour passer des idées, des émotions et des révoltes.

Et de l’exil un certain refus de s’inscrire et d’appartenir à quoi que ce soit.


On l’écoute, on le voit là, devant nous, seul sur la scène avec sa guitare, debout le pied sur une chaise, habillé de noir sur fond de tapis rouge…

On l’écoute ne rien chanter sans dire d’abord pourquoi ; ne rien dire qui ne s’inscrive dans le droit fil de sa vie et de ses convictions, et on lui pardonne ses coups de pâtes de vieil ours grognon résolument hors du temps, hors de notre époque américanisée.

 

Paco Ibanez, la voix d’un citoyen du monde européen méditerranéen…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s